accueil > l'editorial

Le seul nécessaire : mon salut éternel !

 

Le trimestre dernier, j’ai montré aux jeunes collégiens de « la part d’histoire »- où nous étudions l’histoire de l’église- le film : « Un homme pour l’éternité ». C’est l’histoire de saint Thomas More.

Saint Thomas More est devenu chancelier du royaume d’Angleterre, Lorsque le roi Henri VIII, veut divorcer de Catherine d’Aragon pour épouser Anne de Bolyen. Le Pape ne pouvant accéder à sa demande, le roi Henri VIII décide de rompre avec Rome et de devenir le chef de l’Eglise Anglicane. Il demande à tous les grands de son Royaume d’accepter sa décision.

Si bien des grands le font, Thomas ne peut pas signer ce document, ce qui contrarie grandement le roi. Thomas est arrêté et sommé de signer ce document, ce à quoi il refuse, alors on cherche à le condamner pour trahison. Et comme tant de martyrs, il est condamné à mort, même s’ils ne peuvent prouver leur décision.

Une fois la sentence rendue, Thomas explique alors, qu’il n’a pas signé cette séparation de Rome, par ce que c’est par le pape que nous sommes raccrochés au Christ, notre seul salut éternel.  Pour cette fidélité indéfectible au Christ, il sera décapité le 6 juillet 1535.

Béatifié par l'Église catholique en 1886, Thomas More est canonisé — saint Thomas More — en 1935.

Cette histoire nous rappelle puissamment qu’il y a un enjeu capital dans notre vie : c’est le Salut éternel de notre âme ! Et cela est obtenu par notre fidélité à Celui qui nous a sauvé, le Christ, qui a pris nos péchés sur ses épaules et les a offert en sacrifice sur le bois de la croix, pour nous obtenir le Pardon du Père. « Personne ne peut aller vers le Père sans passé par moi », nous a dit le Seigneur. Il est donc capital de rester uni à Jésus par l’état de grâce et une vie conforme à l’évangile pour être admis à la béatitude éternelle.

Ainsi, dans les temps que nous avons à vivre, faisons attention à être bien fidèle au Christ dans les petites choses (prière, sacrements, charité, obéissance, humilité, etc.), pour pouvoir être fidèle dans les grandes choses si le Seigneur nous les demande.

La fidélité s’apprend tous les jours, c’est la vertu nécessaire qui nous obtiendra le salut éternel. Prions les uns pour les autres !

Abbé Raphaël d’Anselme, curé de saint Patern

Contact et situation

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies dans ce formulaire soient utilisées, exploitées, traitées pour permettre de me recontacter, dans le cadre de la relation commerciale qui découle de cette demande de contact.

Conformément à l'article 34 de la Loi Informatique et Libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour exercer ce droit d'accès, adressez-vous à Paroisse de Saint-Patern 2 Place Sainte-Catherine 56000 Vannes ou par e-mail : paroisse.st.patern@orange.fr.