accueil > l'editorial

l’Epreuve de l’Eglise.

 

            Nous étions avertis ! Les mystiques et le Vierge Marie dans les grandes apparitions nous l’avaient annoncé. Aujourd’hui notre foi est mise à l’épreuve et l’Eglise de Dieu largement est éprouvé.

            Malheureusement les évènements s’imposent à nous et nous contrarient profondément dans notre dévotion Eucharistique.

            Maintenant, comment réagir saintement pour ne pas se perdre dans la confusion que l’Eglise du Christ affronte ? Je crois que, plus que jamais, chacun d’entre nous, en tant que membre du corps du Christ doit et devra vivre la foi en profondeur. Il faut renforcer votre foi ! Et vivre en continuelle union avec le Christ.

N’oublions pas que nous ne pouvons pas nous déroger au regard du Christ, alors accomplissons avec zèle sa volonté divine. Attention Dieu n’aime pas les tièdes : « tu es ni froid ni brulant, je te vomis » Ap 3, 15,16.

Mais c’est là une bonne nouvelle : le Christ est toujours là ! Et par cette situation qui nous impose la communion spirituelle, nous sommes invités à descendre dans notre cœur le retrouver.

Aussi à la communion du prêtre- geste important puisqu’il rend présent le sacrifice- vous formulerez dans votre cœur les actes suivants :

Un désir ardent de recevoir le Christ en vous, après avoir regretté nos offenses.

Vous ferez un acte d’union spirituelle avec notre Seigneur ; et notre Seigneur qui connait les circonstances viendra en vous – il faut le croire !

De ce fait là, Il est là spirituellement présent dans votre âme, aussi à genoux, vous ferez des actes d’adoration, profondément présent au Seigneur, vous le remercierez, le louerez, lui demanderez secours et grâce pour la semaine et l’épreuve que nous vivons.

C’est cela la communion spirituelle ! La force de ce mode de communion est que vous pouvez le vivre plusieurs fois par jour.

Tant que nous avons la possibilité d’assister au saint Sacrifice Eucharistique puisons ardemment dans la présence réelle de Jésus au tabernacle de nos églises, ses grâces et ses bénédictions.

En Lombardie et autres endroits, ils n’ont même plus la messe ! Et peut-être nous bientôt !

Prions donc Sainte Imelda (qui a tant désiré recevoir la communion, qu’un jour une hostie s’est échappé du ciboire pour se placer juste au dessus d’elle, si bien que le prêtre lui donna la communion), sainte Julienne Falconerie ou sainte Thérèse de l’Enfant Jésus qui a attendu jusqu’à 13 ans pour recevoir la communion, ou qui devait patienter l’autorisation de son confesseur pour pouvoir communier.

Demandons que Jésus vienne lui-même en nous et nous rende vite la sainte communion eucharistique.

Voilà chers frères, un carême bien douloureux qui s’ouvre à nous. Où comme le Christ au désert nous sommes mis à l’épreuve. Alors entendons ses paroles et son exemple.

Quand dans les tentations le malin demande au Christ de changer les pierres en pain ; Jésus nous rappelle que l’homme ne vit pas seulement de pain mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. Vous savez que dans l’orient la parole de Dieu est considérée comme un sacrement qui nous unit à Jésus : alors lisons-là, méditons là et prions-là.

L’ayant mis sur le temple, le malin pousse le Christ à tenter Dieu. Nous aussi nous tentons Dieu par vaine gloire, mais aussi par des attitudes contraire à l’évangile. Aujourd’hui nous sommes éprouvés sur notre attachement au Christ, donc gardons précisément le fondement de l’Eglise : le Magistère constant transmis depuis 2000 ans.

Sur la Montagne, le christ nous rappelle que tu n’adoreras que Dieu seul, et ceci face à l’orgueil du démon. Alors gardons la paix en nous et dans nos maisons. Il faut sauver nos âmes, bloquons le mal en faisant de nos maisons des refuges d’Amour divin.

 

Abbé Raphaël d’Anselme, curé de saint Patern

Contact et situation

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies dans ce formulaire soient utilisées, exploitées, traitées pour permettre de me recontacter, dans le cadre de la relation commerciale qui découle de cette demande de contact.

Conformément à l'article 34 de la Loi Informatique et Libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour exercer ce droit d'accès, adressez-vous à Paroisse de Saint-Patern 2 Place Sainte-Catherine 56000 Vannes ou par e-mail : paroisse.st.patern@orange.fr.