accueil > 27/11/2020 | Avent : les saints de l'attente

 

Vivons l’avent, temps de conversion, à la suite de trois grands « guetteurs de Dieu » : Isaïe, Jean-Baptiste et Marie.

 

Le temps de l'Avent nous inspire plusieurs attitudes et sentiments spécifiques. Chaque année, l'Eglise nous fait revivre l'histoire du peuple hébreu qui a longtemps attendu la venue du Messie. Son attente a en effet duré les siècles. Pour nous aider à vivre cette période chrétiennement et pour- éviter de nous laisser trop tenter et dépasser par les nécessités matérielles (certes légitimes en cette période précédant les fêtes), laissons-nous guider par trois grands personnages de la Bible qui ont eu aussi à attendre le Christ.

Les lectures de ces quatre semaines nous plongent dans le livre d’Isaïe tandis que les évangiles nous font partager l'attente de saint Jean-Baptiste et de la sainte Vierge : le Sauveur tant attendu depuis de longs siècles va venir sur terre. Tous trois sont pour nous des exemples car ils ont annoncé et attendu chacun à leur époque et à leur manière la venue du Christ.

La liturgie du temps de l'Avent est tout entière tournée vers l'attente et la préparation de la venue du Messie, non seulement à Noël et son ultime retour à la fin des temps. Toute notre vie est en effet un temps d'Avent, c'est à dire d'attente de Dieu. L'Avent nous fait donc désirer à la fois la venue du Messie à Noël et son ultime retour à la fin des temps. Mon âme attend plus sûrement le Seigneur qu’un veilleur n’attend l’aurore, nous dit le psalmiste. L 'Avent nous prépare ainsi à la rencontre avec le Christ.

Isaïe le prophète, et avec lui tous ceux qui attendaient le Sauveur, représente l'attente, le désir et l'espérance. Saint Jean-Baptiste, lui, représente la préparation immédiate puisqu'il est le dernier prophète à avoir annoncé la venue du Christ ; II est d’ailleurs son contemporain. La sainte Vierge, enfin, est un modèle d'attente dans la joie, la patience et le silence.

 

Isaïe ou l'espérance impatiente

Parmi les prophètes majeurs d'Israël, Isaïe est celui qui a pu annoncer le plus clairement la venue et la vie du Christ.

Pendant de nombreux siècles, après la chute d'Adam et Eve et la promesse de Dieu, les hommes ont attendu et espéré la venue du Messie. Ils étaient pleins du désir de Dieu. Pour les accompagner dans celle longue attente et surtout pour aider ces hommes à garder confiance et espérance, Dieu dans sa bonté, leur a envoyé des prophètes. Un prophète est homme envoyé et inspiré par Dieu. Il est rempli de l'Esprit d’intelligence, de force et de sagesse pour annoncer aux hommes le salut du prochain. L’Esprit Saint a en effet guidé les prophètes dans leur action et a mis sur leurs lèvres les paroles prophétiques. Les prophètes ont tour à tour entretenu ce désir et continué d'annoncer l'avènement promis.

Ainsi, parmi eux, Isaïe, le plus connu et le plus grand, appelé aussi le prophète de l'Avent, a-t-il reçu de Dieu, plus de 700 ans avant la naissance du Christ, cette mission de redonner confiance et courage au peuple d'Israël en annonçant la venue d'un sauveur. Isaïe est né vers 733 avant Jésus Christ ; il a passé sa longue vie à annoncer le Sauveur. Et on dira en ce jour-là : voyez, c'est notre Dieu, en lui nous espérions pour qu'il nous sauve ; c'est Yahvé, nous espérions en lui (Is 25,9). Les prophéties d'Isaïe furent très précises : Il a annoncé non seulement la naissance — Voici que la vierge est enceinte, elle enfantera un fils et elle lui donnera le nom d'Emmanuel (Is 7,14) — mais aussi la Passion du Christ ainsi que sa Résurrection. La tâche d'Isaïe était de rendre au peuple hébreu une grande espérance. Dites aux cœurs défaillants : soyez forts, ne craignez pas ; voici votre Dieu, c'est Lui qui vient vous sauver (Is 35,4). Cette attitude du peuple hébreu tout entier tourné vers l'attente de la venue du Sauveur doit être la nôtre pendant ce temps d'Avent. Nous devons être tendus vers Dieu, c'est vers lui que montent nos prières, c'est de lui que nous tenons la vie. Tâchons de faire passer notre désir spirituel avant nos désirs matériels. Au-delà de ce temps que l'Église nous fait revivre chaque année, c'est toute notre vie qui doit tendre vers Dieu. Nous professons en effet dans le Credo : « il reviendra dans la gloire ». Nous sommes donc ici-bas impatients de Dieu, comme Isaïe en son temps. L'espérance est cette vertu qui doit nous animer pendant notre pèlerinage sur la terre. Toute notre vie est une préparation à la vie éternelle. Profitons de ces quatre semaines pour renforcer notre désir de Dieu.

 

Saint Jean Baptiste ou la conversion

Fils de Zacharie et d'Élisabeth, cousine de Marie, Jean Baptiste est le dernier des prophètes, le dernier à annoncer la venue du Sauveur tant attendu, puisqu'il va le précéder immédiatement. C'est celui dont il est écrit : voici que moi j'envoie mon messager en avant de toi pour préparer ta route devant toi (Mt 11,10). Il est d'ailleurs appelé le Précurseur. Jean Baptiste passe une grande partie de sa vie dans le désert où il prêche et prie. Sa mission est de préparer les âmes à accueillir Jésus. Pour cela, quittant le désert, il va à la rencontre des foules et baptise dans le Jourdain en annonçant la venue du Messie.

Tout en baptisant, il dit aux gens : « Faites pénitence ». Mais il va plus loin et donne à ceux qui l'écoutent un moyen de préparation très pratique, reprenant et faisant siennes pour cela les paroles du prophète Isaïe : Voix de celui qui crie dans le désert : préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers ; tout ravin sera comblé, et toute montagne ou colline sera abaissée ; les passages tortueux deviendront droits et les chemins raboteux seront nivelés (Lc 3,4-6).

Ainsi, préparons, nous aussi, la venue du Christ en comblant les vallées de notre tiédeur spirituelle, de notre manque de persévérance dans la prière et les sacrements. Demandons à saint Jean Baptiste de nous aider à ravaler les montagnes de notre orgueil, de notre égoïsme. Recherchons les obstacles qui nous empêcheraient de recevoir dignement le Messie.

Saint Jean Baptiste est donc un exemple de préparation intérieure, il nous invite à faire un examen de conscience afin que notre coeur soit digne du Christ. Sensibilisons les enfants, pendant ce temps de l'Avent, à la venue du Christ dans leur âme, en les aidant à se préparer par la prière et les sacrements.

Grâce au Précurseur, faisons de notre Avent un temps de conversion de pénitence et de repentir, un temps pendant lequel nous nous tournons vers Dieu.

 

Marie ou la joie de l'attente silencieuse

Marie a elle aussi attendu le Messie, comme tout le peuple d'Israël. Mais Dieu lui accorde une grande faveur, celle de porter le Sauveur en son sein, Son attente a donc été non seulement spirituelle, mais aussi physique.

Depuis le jour de l'Annonciation, le coeur de Marie était tout tourné vers Dieu, dans le silence, la prière, l'attente intérieure, la veille et, bien sûr, la joie. Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur ! (Lc 1, 46). Comme Marie, prenons le temps d'attendre, de désirer, dans la joie, la foi et l'amour de Dieu. Que notre désir soit surtout spirituel et que notre attente se transforme en adoration, comme l'a été la vie de la Vierge.

Retrouvons le sens de la préparation spirituelle, ce qui n'est pas toujours facile aujourd'hui ou nous avons (presque) tous les biens matériels que nous désirons très rapidement. L'enfant Jésus de la crèche nous donnera ses grâces d'autant mieux que nous aurons su nous préparer à le recevoir. Il est bon d'attendre en silence le salut de Dieu, nous dit le livre desLamentations (Lm 3,26).

Demandons à Marie pendant ce temps d'Avent de redécouvrir l'attente joyeuse, silencieuse et intérieure. « Veillez et priez » : à l'école de Marie, préparons cette belle fête de Noël en privilégiant des moments de silence. Dieu se fait mieux connaître dans le silence.

Toute notre vie chrétienne doit être vécue dans la vigilance, la veille, car nous ne savons ni le jour ni l'heure. Que ce temps privilégié de l'Avent nous aide à prendre conscience que notre existence doit être une veille, afin que Dieu nous trouve prêts. « Nous ne devons pas seulement croire mais veiller ; pas seulement obéir mais veiller. Veiller pourquoi ? Pour ce grand événement, la venue du Christ » (saint John Henry Newman).

> diaporama

Contact et situation

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies dans ce formulaire soient utilisées, exploitées, traitées pour permettre de me recontacter, dans le cadre de la relation commerciale qui découle de cette demande de contact.

Conformément à l'article 34 de la Loi Informatique et Libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour exercer ce droit d'accès, adressez-vous à Paroisse de Saint-Patern 2 Place Sainte-Catherine 56000 Vannes ou par e-mail : paroisse.st.patern@orange.fr.